Présentation

Envoyer Imprimer

Créé début 1996, RELEC est né des difficultés que traversaient l'Amiga à cette époque conjugées au manque cruel de fournisseurs pour cette plate-forme en Suisse Romande. Avec une infrustructure minimum RELEC éssaye de fournir des produits "hors-ligne" en plus des produits courants. Dans la mesure du possible les produits francisés sont privilégiés ce qui n'est malheureusement souvent pas le cas.

RELEC N'EST PAS UN MAGASIN ne vous déplacez donc pas pour rien, par contre, dans des cas spéciaux un rendez-vous peut-être fixé:-{) Nos contacts avec les distributeurs et autres fournisseurs nous permettent de vous proposer une vaste palette de produits et marques. Si vous avez des souhaits, n'hésitez pas à nous en faire part et nous éssayerons de vous donner satisfaction. Vous vous en doutez, la plus sûr manière de contacter RELEC reste INTERNET et c'est pour cette raison que nous mettons ce site à votre disposition. En principe (les jours ouvrables) vous aurez la réponse à votre E-mail dans les 24H. Les moyens "courants" de nous contacter restent bien-sûr valables, soit dans l'ordre: Fax. 026 660 02 83- Tél. 026 660 02 82 ou par courrier.

Extrait d'une interview parue en 2003, sur Obligement.free.fr (http://obligement.free.fr/articles/itwemmanuelrey.php)

"Pouvez vous nous présenter Relec?"
Personnellement, il y a déjà un certain temps que je trouvais qu'il était très difficile de se procurer des logiciels et du matériel Amiga dans notre pays, alors que par exemple, chez nos voisins allemands ou anglais il n'y avait pas de problème. C'est donc à la demande de certains contacts à l'étranger et pour palier à ce manque, que l'aventure Relec a débuté. Les bons contacts avec les revues Amiga de l'époque, surtout le fameux Amiga News et son non moins fameux rédac'chef Bruce Lepper, nous ont permis de faire connaître Relec et de servir les amigaïstes suisses mais aussi étrangers (France, Italie, Espagne, Canada et j'en passe). Notre collaboration avec Amiga News et plus tard Anews (salut Thierry) a toujours été très fructueuse et permettait aux lecteurs de profiter de nombreux tests et autres articles sur tous les produits du marché. A ce titre, je vous félicite et vous remercie au nom de Relec, d'avoir repris le flambeau dans ces périodes vraiment difficiles. Les demandes se sont faites de plus en plus nombreuses. A mesure que les sociétés concernées par l'Amiga disparaissaient, nous devions tout faire pour "compenser" le manque et combler les besoins.

Durant l'ère Amiga, presque n'importe qui s'improvisait revendeur (bon ce n'est pas propre au marché Amiga), avec plus ou moins de bonheur pour les clients. Il y eut malgré tout de très grands revendeurs, qui nous ont beaucoup appris. Malheureusement, pour être viable, il faut tout de même que l'opération soit rentable. Cela n'a plus été le cas, même pour les bons. De notre côté, il fallait donc absolument tenir le coup et trouver des solutions pour continuer à servir et donner satisfactions aux utilisateurs. Il fallait qu'ils puissent continuer à utiliser
leur machine pour que l'Amiga ne disparaissent pas si facilement. Il devenait donc impératif pour Relec d'adopter une structure très légère, un paquetage réduit en somme ! Il est vrai que dans ces conditions, cela devient plus une vocation que du business proprement dit.

Comme l'Amiga "ne nourrit pas son homme" actuellement, l'homme doit se nourrir lui-même ;) Il a fallu choisir des solutions et des alternatives, qui nous permettent d'avoir la souplesse et faire un maximum d'économie. Tout le monde connait les aléas de la marque, depuis sa vente par feu-Commodore. Bon, chaque fois qu'un acheteur se profilait, qu'un projet était annoncé, nous espérions le voir aboutir très vite, pour redémarrer et reprendre une vitesse de croisière. Il y a eu beaucoup de désillusions mais cela a renforcé notre détermination et augmenté notre expérience. L'arrivée des PowerPC, des bus PCI et autres améliorations techniques ont permis à l'Amiga de rester plus ou moins dans la course (oui, juste avant la voiture balai). Alors que d'autres, bien plus puissants et avec beaucoup plus de moyens, ne sont plus là. J'ai souvent en mémoire le départ fulgurant de Be, qui se voulait un peu le successeur de l'Amiga, on connait la suite :(

La preuve aujourd'hui, il y a encore des utilisateurs, les nouvelles machines à base de processeurs puissants sont à la porte (AmigaOne, Pegasos) et la passion fait que chez Relec, nous sommes partants pour de nouvelles aventures, au premier rang! Mais je dois vite ajouter, que, sans l'enthousiasme et la volonté des utilisateurs, on peut même dire des passionnés que vous êtes, Relec n'a pas de raison d'être au niveau Amiga : merci pour votre soutient !

La première et nouvelle ouverture qui se profile, c'est le Pegasos. Relec ne va pas entrer dans le jeu des "pour ou contre", ce n'est ni notre volonté ni notre travail. Notre position est très claire à ce sujet, nous offrons à nos clients ce qu'ils nous demandent. Cette machine avec son système MorphOS, conserve globalement un "esprit" Amiga. On se retrouve dans un environnement connu et la prise en main est rapide. C'est aussi la première disponible sur le marché (malheureusement en quantité très limitée pour l'instant), mais dès juillet on devrait voir le G4 et en septembre le Pegasos II (selon Genesi). C'est assez génial de pouvoir utiliser les programmes, les disques durs, etc. que vous aviez sur votre Amiga juste avant. La puissance du PowerPC est bien là. Cette machine semble bel et bien tenir ses promesses. De plus, les projets annoncés (G4, Pegasos II à la rentrée, Eclipsis, etc.) ont poussés Relec
à s'investir pour le Pegasos au niveau de la Suisse. Nous le distribuons d'ores et déjà et un site lui est totalement dédié.